<< Précédent  Suivant >>

LE COLLEGIEN

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Toute Les Nuits
© 1987 Anna Livebardon

 


Il avait envie,d'être libre
Un besoin d'amour, le rivait
A des femmes, dont le cœur vibre,
Même au collège il en rêvait...

Il essayait, de s'en défendre,
En racontant, dans un bistro,
A ses copains, l'une est très tendre
Et l'autre, s'amuse un peu trop...

La plus chic est une mondaine,
Qui se donne, pour quelques sous,
Ma préférée, c'est Madeleine,
Elle m'a montré ses dessous
De soie, près de la discothèque,
En m'appelant ''le jeune fou''.
En riait, dans l'ombre un métèque
Tenant en laisse un gros toutou;

Ce qu'il ne disait à personne,
C'est, qu'encore il était puceau,
Que le vent lèger qui frissonne,
Troublait, son cœur, comme un ruisseau,

Rempli de désirs, de tendresse,
Qui débordait, parfois, le soir
Lorsque la lune qui caresse
Murmurait, dors, avec l'espoir!

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage