<< Précédent  Suivant >>

A LA SAISON DES NIDS

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Toute Les Nuits
© 1987 Anna Livebardon

 


Si Brassens, un soir écoutait
Tendant l'oreille, sous la terre,
La fauvette rousse, chanter :
''La vie, toujours est un mystère!

Mes plumes, s'entrecroiseront,
Ainsi que le feraient des rimes,
Pour tapisser un nid, tout rond,
Protégé, par les longues cimes,

Des cyprès verts, qui grandiront,
Près de la tombe d'un poète,
Que les oiseaux, regretteront
Longtemps... et lorsqu'une mouette,

Regardant la mer, volera
A l'horizon, souple et soyeuse,
Le soleil d'or enflammera
Le ciel, pour qu'elle soit heureuse!

Quand le vent fou, se calmera
Dans ce doux jardin cimetière,
Un oisillon, gazouillera
De sa beauté, je serai fière''.

BRASSENS poète... tourmenté,
Demanderait une guitare
Pour chanter à l'ami, futé :
Dans le noir, mon âme s'égare!

Toi, qui m'avais donné du pain,
Viens en offrir à la fauvette,
Pour moi, plante un jeune sapin
Près des vieux platanes... de Sète!

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage