<< Précédent  Suivant >>

LE VENT DU LARGE A ENDORMI...

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Toute Les Nuits
© 1987 Anna Livebardon

 


Le vent du large a endormi,
Dans un éclair et sous l'orage,
L'arbre qui n'avait plus d'ami,
L'oiseau l'ayant quitté, volage.

L'oiseau qui, pour l'arbre chantait,
A l'aube tiède, son aubade.
Devant sa joie, il insistait
L'oeil clair, brillant ainsi que jade;

Le vent méchant a tout cassé
Le doux nid qui servait de cage,
Sur l'arbre mort, s'est affaissé,
Couvert de boue et de feuillage.

Pourra-t-il encore affronter
Le ciel et le mouvant nuage,
L'oiseau, qui n'aimait que l'été,
S'il revient... en pélerinage?

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage