<< Précédent  Suivant >>

LES CIGALES DE MA PROVINCE

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Toute Les Nuits
© 1987 Anna Livebardon

 



J'aime écouter le chant strident,
Qui vient des platanes immenses.
Lorsque le soleil est ardent,
Nos cigales, dont les cœurs dansent

Répètent sans fin leurs chansons
D'amour, qui jusqu'au ciel résonnent
Cris de mâles, tendres frissons
De leurs ailes qui s'abandonnent

Au profond des arbres géants,
En caressant les verts feuillages
Plus purs que l'eau des Océans!
Bien des touristes qui voyagent,

Voudraient, dans le nord, emporter
Cette musique provinciale,
Qui les trouble pendant l'été,
Le noble chant, de la cigale!

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage