<< Précédent  Suivant >>

LA NUIT SANS VOUS

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Toute Les Nuits
© 1987 Anna Livebardon

 


Ma belle en ce lundi matin,
Puis-je vous écrire à l'aurore,
Moi qu'on dit léger, libertin,
Je vous aime et bien plus encore.

Vous m'aviez donné votre main,
Chez des amis pour une danse
Que je croyais sans lendemain,
Je tremble d'émoi quand j'y pense.

En vous raccompagnant, le soir,
De l'amour, je connus la fièvre,
Vous ayant volé, dans le noir,
Un baiser, pris sur votre lèvre.

Dès lors, j'ai promis, j'étais fou
De me contenter de tendresse.
Dimanche enfin, souvenez-vous,
Cher cœur, vous fûtes ma maitresse.

Le temps semble venu pour nous,
De nous aimer quand le jour cesse.
J'ose vous le dire à genoux
La nuit, sans vous, n'est que tristesse.

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage