<< Précédent  Suivant >>

RHODES

par
Anna Livebardon
Tiré de son livre De Tous Les Jours
© 1980 Anna Livebardon

 


Nous étions encore une fois
La vie est longue et bien des fois
Se renouvellent les vacances
A Rhodes mon mari et moi
Nous marchions dans les rues à l'ombre
En admirant de ci, de là
Les palais de nos Chevaliers
De Saint-Jean, et puis les mosquées
Et les murs de pierre dorée.
Dans une ruelle plus petite
Une fillette en guenilles,
M'a regardée, elle était triste,
rvJais elle avait des yeux très doux
Je lui ai donné quelques sous.
Alors dans sa candeur naïve
Sans un mot, elle a pris ma main
Elle nous entraîna, l'air très digne
Dans un pauvre petit jardin ;
Sa mère y faisait la lessive,
Des poules picoraient partout.
La petite fille charmante
Souriait me tenant la main,
Elle nous montra la merveille
Qu'elle avait là dans son jardin,
C'était un étroit minaret
Qui se dressait comme en secret
Dans ce petit jardin plein d'ombre
Où sa mère faisait la lessive
Et où les poules picoraient.
La petite fille aux yeux sombres
Cueillit des branches de jasmin.
Elle les jeta dans mes deux mains,
Mes deux mains qu'elle trouvait belles
Puisqu'elle les a caressées,
Sans doute à cause de quelques bagues
Ou bien de mes deux bracelets.
Dans un très grand baquet de bois,
Sa mère faisait la lessive.
Mon mari a pris dans ses bras
L'adorable petite fille
Et moi j'ai mis dedans sa main
Une bague dans un écrin, bleu en satin
A Rhodes achetée le matin
Pour ma filleule de Moulins.
Devant l'émoi de la petite
Mon mari a dit : « passe-lui
Passe la bague à son petit doigt tout sali,
Elle verra qu'elle est bien pour elle ».
Et la petite fille a ri.
Elle regardait mes mains, la sienne ;
Sa mère faisait la lessive
Et avec son battoir tapait
Et elle nous éclaboussait.
Les poules toujours picoraient,
Et le minaret se dressait
On aurait dit la Tour de Pise,
Il va bientôt je crois tomber
Dit mon mari. Et moi émue
J'aurais voulu rester à Rhodes
Pour pouvoir le consolider le minaret
De la petite. Elle n'y pensait déjà plus,
Et elle avait sa bague jolie,
Un trésor pour elle et la vie,
Elle avait sa bague jolie,
Je vous l'avais peut-être dit.

<< Précédent  Suivant >>


Anna Livebardon Homepage